MERCI !

Et ce fut un festival textes en l’air 2021 plein de joie, de rencontres et de surprise… Mais surtout, ce fut. Et ça, ce n’est pas rien.

Un grand, un immense MERCI à tous, festivaliers, artistes, techniciens, bénévoles pour cet exploit en forme de 17ème édition…

Quelques images de ce dimanche fameux, une petite sélection de photos d’émile zeizig (http://www.mascarille.com), en attendant le reportage complet en 19 873 photos qui ne devrait plus tarder…

merci

merci

merci

c’était samedi, c’est dimanche…

   

mais… ne serait-on pas dimanche ? Dimanche 25 juillet, même…

Ce qui veut dire, pour peu qu’on prenne le temps d’y réfléchir un minimum, que c’est la journée de clôture du festival textes en l’air 2021, non ? Bin si.

photos : émile zeizig / mascarille.com & déborah welter / Le Labo de Débo

<<< INFOS PROGRAMME >>>>>>

>>> le Rendez-vous à l’abbatiale, lecture à 17h, devient Le rendez-vous DERRIÈRE l’abbatiale, toujours à 17h mais dans le jardin du palais abbatial. Une lecture sans musique (une fois n’est pas coutume) mais dans un très joli cadre. Au programme un texte Françoise du Chaxel, Ce matin, la neige, qui sera lu par Anthony Gambin et Marguerite Coursier.

>>> Rappelons que le banquet festif de ce soir est annulé pour raisons comme qui dirait sanitaires… mais qu’on se retrouve au concert de Lümé à 21h32 pile-poil.

Le programme complet de ce dimanche ? c’est par ici

comme un vendredi

Si on admet comme postulat de départ que nous sommes aujourd’hui samedi, que peut-on en déduire, hum ?

Hé oui : hier ce fut vendredi. Bravo.Mais attention, pas n’importe quel vendredi : le vendredi de textes en l’air… et ça, ça pose les choses.

Y a t’il un super superlatif suffisamment suffisant pour caractériser un tel vendredi, hum ?

Bin non. Bravo.

photos : mascarille/émile zeizig & déborah welter/Le Labo de Débo

>>> INFO IMPORTANTE <<<

le repas festif de dimanche est malheureusement annulé…

le concert de Lümé, dimanche à 21h30, est en revanche toujours d’actualité. Et méchamment, même.

et pour le programme du jour ? C’est par

comme un jeudi…

Hier, c’était jeudi. Un beau jeudi. Un merveilleux jeudi. Un jeudi comme on n’en fait (presque) plus…

arash sarkechik en concert à textes en l'air - photo : déborah welter / le labo de débo

Avant de plonger dans notre vendredi-qui-s’annonce-plutôt-pas-mal, quelques messages à caractère informatif :

>>> le spectacle POINGS, programmé pour le samedi 24 à 16h est annulé suite à un empêchement de dernière minute du Collectif Odradek.

>>> pour les spectateurices de la basse cour (spectacles à 21h30), pensez à apporter votre petite laine, pull, gilet, duvet, couette, etc. Les nuits sont fraîches et, cette année, protocole sanitaire oblige, le festival ne distribue pas ses (jolies) (et mythiques) couvertures bleues.

>>> Merci d’arriver à l’heure ! Les horaires annoncés dans le programme sont ceux du début du spectacle. Il est impératif que les spectateurices arrivent AVANT l’heure annoncée. Le spectacle commencé, les portes sont fermées et les billets ne pourront être remboursés.De plus, les jauges de pas mal de spectacles ont été drastiquement revues à la baisse, passant de 150 à 49 places. Chacune de ces 49 places doit donc être occupée. Un.e spectateurice ayant un billet et qui ne vient pas, c’est un.e autre spectateurice qui ne pourra assister au spectacle…

>>> Samedi 24 à 17h, à la librairie du festival, rencontre/dédicace avec Gilbert Vincent Caboud, auteur de « Les suicidés de Pierrefendre »

>>> bon vendredi !

photos : textes en l’air / déborah welter

textes en l’air et le pass sanitaire…

Textes en l’air 2021 – jeudi 22 juillet – 10h

>>> INFOS PRATIQUES IMPORTANTES <<<

Hier, mercredi 21 juillet, ce fut l’inauguration du 17ème festival Textes en l’air…

Quelques minutes avant ce moment de joie, l’information officielle a été transmise par la préfecture de l’Isère : la mise en place du pass sanitaire doit être immédiate, sans dérogation possible, sans « semaine de rodage« .

Ce matin, aux aurores, le Conseil d’administration de Textes en l’air s’est réuni pour fixer les modalités d’application de cette décision.

>>> pour les spectacles à 21h30 à la basse cour (Traversée, L’enfant revenant, Les monstrueuses), LE PASS SANITAIRE DEVIENT OBLIGATOIRE

>>> pour les spectacles Terres Mères (aujourd’hui 17h), Poings (samedi 16h) et Nous étions debout et nous ne le savions pas (samedi 18h), LE PASS SANITAIRE DEVIENT OBLIGATOIRE

>>> pour tous les autres rendez-vous (théâtre, poésie, concerts, lectures, rencontres, etc.) la jauge a été drastiquement (mortellement ?) abaissée à 49 personnes. Ainsi, pour ces rendez-vous, LE PASS SANITAIRE NE SERA PAS DEMANDE.

>>> concernant le spectacle Les 3 jours de la queue du dragon, vendredi 23, un imprévu de dernière minute oblige la compagnie à présenter une version légère du spectacle. Le tarif a donc été revu à la baisse et devient un tarif unique à 5€ (au lieu de 12). En revanche, la jauge ayant été abaissée à 49 places, deux représentations sont prévues, l’une à 16h, comme prévu initialement, l’autre à 18h.

>>> le pass sanitaire consiste en la présentation, numérique ou papier, d’une preuve sanitaire. Cela peut être la double vaccination depuis au moins 7 jours ou la preuve d’un test négatif de moins de 48h.
https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/pass-sanitaire

Pour info, le test antigénique semble la solution d’urgence la plus adaptée pour des personnes désireuses de se rendre aux spectacles et n’ayant pas été vaccinées. Il est faisable en pharmacie ou cabinet d’infirmerie.

Les personnes de moins de 18 ans ne sont pas concernées par le pass sanitaire

>>> pour les personnes ayant déjà acheté leur billet pour un spectacle et ne pouvant présenter un pass sanitaire à la date concernée, les modalité de remboursement seront annoncées prochainement.

N’HESITEZ PAS A CONTACTER TEXTES EN L’AIR POUR PREVENIR DE VOTRE ANNULATION, même si nos équipes sont en train de faire l’impossible pour joindre toutes les personnes ayant déjà réservé.

>>> cette décision met potentiellement l’association textes en l’air dans une situation financière plus que délicate. Un appel aux dons est donc lancée : n’hésitez pas à nous contacter dans ce sens. Une communication sur ce point sera lancée ultérieurement.

Dernières nouvelles

rien n’arrête textes en l’air !

Le festival Textes en l’air 2021 aura bien lieu du 21 au 25 juillet à Saint-Antoine-l’Abbaye.

Suite aux nouvelles annonces gouvernementales, la Préfecture de l’Isère a détaillé les règles applicables aux rassemblements de personnes, notamment dans l’espace public.

à l’heure actuelle, il n’y a pas d’obligation de présenter un pass sanitaire pour venir assister aux rendez-vous de Textes en l’air, quels qu’ils soient.

En effet, les jauges du festival sont bien en deçà des limites fixées par le Préfet de l’Isère.

 

Spectacles gratuits, lectures, concerts, rencontres, entre-sorts…

Autant de moments qui sont accessibles à tous, avec ou sans pass sanitaire !

Spectacles payants

Concernant les spectacles payants, à l’heure actuelle, il n’y a pas d’obligation de présenter un pass sanitaire pour y assister.

Buvette et petite restauration

La Buvette du festival sera présente. Comme tout lieu de restauration, la Buvette proposera un service au bar mais une consommation sur tables ou à emporter avec sens de circulation et gestes barrière.

Pour toute la durée du festival, en tout lieu, les gestes barrières seront strictement appliqués (sens de circulation, minimisation des contacts physiques, gel hydroalcoolique en libre service, désinfestion régulière des installations, etc.).

Il est possible que la réglementation évolue d’ici au lancement du festival.

Textes en l’air mettra en place toutes les mesures qui lui seront demandées par la Préfecture, le moment venu.

Le festival aura donc bien lieu. Et quoi qu’il arrive, il y aura beaucoup à voir et à découvrir cette année à Textes en l’air…

On sera là, on est prêt.e.s, on vous espère, on vous envisage, on vous présage, on vous guette, on vous souhaite, on vous escompte, on vous présume, on vous désire, on vous prévoie… On vous y attend nombreux et joyeux, quoi !