Dimanche 28 juillet

à ne pas manquer !UN PEU COMME UN DIMANCHE 28 JUILLET

pérégrination poétique

des terres en souffrances – 9h45

Aurélien Villard et la Compagnie des Gentils, de ferme en ferme, clament des terres qui ne sont pas carte postale mais souvent souffrance avant espérance.
De l’Afrique à l’Irlande, la distance de fatigue entre le sillon et le dos est la même…

surprise !

la chronique de 12h22

grande cour – gratuit

François Chaffin et sa bande d’écrivants volontaires vous proposent une restitution en mots et en musique de leur atelier d’écriture aussi quotidien que matinal… Et c’est à 12h22 précise (tout retard entrainera des représailles forcément disproportionnées mais vous êtes prévenus alors faudra pas venir vous plaindre) (nan mais alors).

in vino veritas

apéro-rencontre – 12h30

grande cour – gratuit

animé par émile lansman, éditeur
In vino veritas ! Apéro-rencontre avec les artistes du festival textes en l'airUn croisement de trajectoires entre artistes et festivaliers pour un échange convivial autour d’un bol d’olives au piment… Un moment pour discuter des spectacles de la veille et de ceux à venir.

concert miam-miam

le casse-croûte musical – 13h30

grande cour – gratuit

Tout en profitant des bons petits plats du Bar des Artistes, Textes en l’air vous propose de découvrir chaque jour du festival un groupe de la scène locale dans un format acoustique. Quelques notes à savourer à l’ombre des tilleuls de la Grande Cour.

Imnamaé & Chignon Man (Sud Grésivaudan) viennent distiller leur musique soul intimiste à faire frémir de plaisir toutes les oreilles.

pour un rapide aperçu, c’est là !

lecture

la légende de la belle justine – 15h

grande cour  – tout public – prix libre, au chapeau

texte d’élisabeth chabuel – lecture et mise en scène : natacha dubois – guitare : clément combes

Et ce jeune chevalier fou amoureux de ce corps magnifique et inaccessible qui, l’épée à la main, la suivait de loin pour retirer le voile sur son visage et lui déclarer sa flamme. Quelle malédiction pesait sur Justine ? Pourquoi un groin de cochon et un corps de femme ?

une production du théâtre infini dehors

lecture

yvon kader, des oreilles à la lune – 16h

salon aux gypseries – tout public – gratuit

texte de jean-pierre cannet – lecture par les co-lecteurEs

Yvon Kader est un enfant conscient de sa différence, il a bu de la lune, il est mongolien. Ses parents, Yacine et Annick, sont kabyle et breton. Il vit en banlieue. Il est aimé des siens. Pourtant, jour après jour, il raconte sa difficulté à vivre. Pourra-t-il avoir un métier ? être amoureux ? fonder une famille ? Comment en finir avec cette face de lune qu’il ne supporte plus ? Il doit trouver un moyen de se faire entendre. Ça tombe bien, c’est Noël.

théâtre

le voyage intraordinaire – 18h

théâtre du furand – durée 50mn – dès 10 ans – tarif unique 12€

texte d’éric durnez – avec cyril puertolas – mise en scène : thierry lefèvre
une production de la cie kiroul

Un homme commence son voyage sans témoin, sans personne. Il n’a aucune idée de sa destination. Il va croiser de nombreux personnages mais surtout se rencontrer lui-même. Et comprendre pourquoi il fallait qu’il parte.
Comme pour confirmer que ce sont toujours les situations les plus banales qui deviennent les plus extraordinaires. Souvent joyeux, parfois étrange et inquiétant, le voyage intraordinaire regorge d’aventures intérieures.

Partir… Quitter son village. Et ses meilleurs copains. Franchir l’horizon sans savoir ce qu’il y a au-delà. Partir sans destination précise. Prêt à tout. Sans savoir ce que tu cherches. Ni ce que tu trouveras. Comme une épreuve que tu t’imposes. Une plongée.

L’immense talent d’acteur de Cyril Puertolas a vite fait de mettre dans sa poche le spectateur, c’est l’assurance d’un spectacle séduisant où l’improvisation excelle. Il faut s’attendre à des moments intenses et pleins d’émotions, rire ou son contraire.” La Dépêche du Midi

Ce texte d’Eric Durnez a reçu le coup de cœur de la Presse aux Rencontres du Théâtre Jeune Public d’Huy, en Belgique.

Pour réserver en ligne ce spectacle, c’est là !

amorce

spéciale dédicace – 18h30

librairie du festival – gratuit

Sébastien Joanniez, auteur associé au festival 2011, viendra lire quelques extraits de ses pièces.
L’occasion d’une rencontre, d’un échange et d’une séance de dédicace.

agapes

buffestival – 20h

grande cour – 12 € – 8€ pour les moins de 12 ans

Du soleil dans les assiettes…

le buffestival Textes en l'air 2013L’équipe du Festival nous mitonne avec passion et fantaisie un buffet inspiré par les saveurs enjouées du bassin méditerranéen (avec quelques incursions sud-américaine et asiatiques…).
Rien que du frais, du coloré, du chaleureux…

Pour réserver votre repas, c’est ici !

Pour réserver le repas au tarif réduit (moins de 12 ans), c’est là !

cabaret musico-théâtral

la carriole fantasque de monsieur vivaldi – 21h30

basse cour du musée – tout public – prix libre

une production de la cie des gentils – mise en char : aurélien villard – piano : françois marailhac – avec (peut-être) : jérémy buclon, marie de pauw, sébastien depommier, kim laurent, colin melquiond, doriane salvucci, aurélien villard et d’autres…  – constructeur en chef : jean-marie villard – chargé des finitions : alexandre bazan.

La compagnie Les Gentils débarque avec de “nouvelles” vieilles chansons sorties d’on ne sait où. Perché dans un décor improbable, elle ressuscite et dépoussière les vieilles rengaines oubliées dans une mise en scène de bric et de broc, sous l’œil d’un squelette nostalgique…

Quand on ouvre cette carriole (et pour peu qu’on y cherche) on y trouve (en vrac) : des chansons du début du siècle, des plumes (comme toujours), des poules (peut-être), des dindes (ça c’est sûr), des talons et des chapeaux, un frigo et une baignoire, de vieilles palissades (on recycle), le petit chaperon rouge, un enterrement et des robes de mariée…

Un joyeux bordel en somme, pour finir ce 10ème festival Textes en l’air en beauté !


Northumberland Strait Shooters host 3 THORBURN The Northumberland Strait Shooters archery club just formed in March, but week by week it’s grown Michael Kors outlet in popularity. "We’re up over 35 members now," said Allan Collie, Michael Kors handbags one of the founders. The new club was a partnership of sorts between archery enthusiasts and the Let Abilities Work Partnership Society, a community based group which seeks michael kors to improve the lives of people with disabilities. Let Abilities Work has been running their own archery program for about a year but decided to join up with the other archers to form the new club. Every week they’ve been practising at the Michelin Club in Granton. Members can use either a compound or recurve bow, depending on their own preference. There is no single age group that the membership seems to come from, Collie said. "We’ve got them from six to cheap Michael Kors handbags 60," Collie said. "It’s just an overall range from everything." Archers from across cheap Michael Kors handbags Nova Scotia are expected to attend. "We won’t know until registration tomorrow, but we’re hoping for cheap Michael Kors outlet between 60 and 80," Collie said. During the competition the archers will shoot at 3 D animals placed around the property. The format cheap michael kors is similar to a golf course where participants walk around shooting at different targets. Prizes will be awarded.
Nigerian Women and Their Gele Styles What Is Gele?In the Western Region of Nigeria, women can often be seen in their traditional attire of "Buba", an airy type blouse with long sleeve, and "Iro" the wrapper that’s tied on top of the buba. To complete this whole attire, a woman will wear a head wrap (usually in matching michael kors handbags fabric). This head wrap is known as ‘Gele’. Gele (pronounced gay_lay) is a Yoruba term for a woman’s head wrap. This piece of clothing can be as simple as a scarf like head tie or bandana, to being as elaborate as the arched train of a peacock. A very sophisticated gele is usually spurned from a fabric made specifically for that purpose. The Culture of The Gele Though the cheap Michael Kors handbags outlet wearing of Gele is common place for women in the Nigerian Culture, the two cultures that’s especially noted for wearing the Gele in both its casual and sophisticated form are the Yoruba and Igbo Culture. Yoruba women can always be seen at home, in the market, cheap michael kors at church, and special occasions, such as, a wedding,
Articles Connexes: