jérémie fabre en résidence d’écriture

Textes en l’air accueille en résidence d’écriture à Saint-Antoine-l’Abbaye l’auteur Jérémie Fabre, du 14 au 22 mars, du 2 au 7 mai, du 25 mai au 3 juin, du 13 au 18 juin et du 25 au 31 juillet.

jérémie fabre, auteur accueillie en résidence d'écriture à Saint-Antoine-l'Abbaye en 2016 par Textes en l'air --- photo-drÉcrivain et metteur en scène, directeur artistique de L’invention de Moi / Module Autonome de Production (structure installée en Basse- Normandie), Jérémie Fabre est également membre fondateur d’ACMÉ (Appuyés Contre un Mur qui s’Écroule), un club d’auteurs de théâtre créé à Saint-Antoine-l’Abbaye en 2014 (aux côtés d’Aurianne Abécassis, Marc-Antoine Cyr, Solenn Denis et Clémence Weill).
Depuis 2009, il travaille à l’écriture d’un corpus in progress : L’invention de Moi, composé d’une  trilogie théâtrale, de textes satellites, et de suppléments. Il répond aussi très régulièrement à des commandes. Il écrit notamment Octopus, un triptyque, pour la Cie du Ballon vert (Amélie Clément).

Le projet d’écriture

Les six premiers mois de la révolution
(titre provisoire / L’invention de moi, supplément n°3)

J’aimerai écrire une saga, quasiment un drame symboliste à la Maeterlink – ou peut-être les destinées d’une famille dans le contexte d’une révolution imaginaire. La solitude, mon père en fuite dans son camion, l’enterrement d’un chien, la mort de la grand mère, le départ du fils, l’appel de Dieu, l’incompréhension, la possibilité d’une secte, l’irruption du désir, la mort en embuscade.
On pourrait y trouver des personnages en proie aux dérèglements surnaturels et politiques d’une civilisation à bout de souffle. J’y distillerais à doses progressives les prémices d’une situation insurrectionnelle,  puis les personnages eux-mêmes seraient rattrapés par les événements et la nécessité de se positionner. La Révolution, dans ses différentes formes, libérerait alors leurs multiples aspirations, souvent contradictoires. Chacun serait sommé d’inventer sa propre réponse, d’assumer une position (politique, poétique, philosophique), de faire des choix – parfois de se compromettre.
(Peut-être on y verrait : un Serbe qui monte une boîte de conseil en mouvements révolutionnaires, une femme qui pousse une poussette sous la pluie, une autre qui photographie sa propre disparition. On y rencontrerait d’étranges problèmes avec le cadastre : certains bâtiments sont introuvables, d’autres apparaissent sans explication. Un homme allergique aux piqures de guêpes qui fait le tour de l’Europe en camion. Un autre consacre une pièce de sa maison à la seule écoute perpétuelle du même morceau de musique. On pourrait y entendre : « Quand je serai dictateur, les becs de cafetière, ça va changer. Les types qui ont inventé ça devront verser en continu du café dans des tasses, et à chaque goutte renversée, une année de prison. »)