Samedi 27 juillet

à ne pas manquer !UN PEU COMME UN SAMEDI 27 JUILLET

réveil textuel

au matin de la nuit blanche de l’écriture – 8h00

Après une nuit passée à l’écriture en compagnie de 2 auteurs dans le Musée de Saint-Antoine-l’Abbaye, les écrivants nous restitueront leurs écrits nocturnes autour d’un petit-déjeuner (sans  aucun doute) mérité.

pérégrination poétique

les illuminés de l’errance – 9h45

Face à l’abbaye, dans la colline de Contamines, Christophe Milesci redonne la parole à la Beat Génération, explosant de la fulgurance de leurs mots la tristesse encombrante des moralisateurs.
Kerouac, Ginsberg et Burroughs on the road again dans l’arrière-pays de Saint-Antoine.

surprise !

la chronique de 12h22

grande cour – gratuit

François Chaffin et sa bande d’écrivants volontaires vous proposent une restitution en mots et en musique de leur atelier d’écriture aussi quotidien que matinal… Et c’est à 12h22 précise (tout retard entrainera un long silence gêné et gênant qui jettera à coup sûr la honte et l’opprobre (pour ne pas dire l’anathème) sur les contrevenants).

 …

in vino veritas

apéro-rencontre – 12h30

grande cour – gratuit

animé par émile lansman, éditeur

In vino veritas ! Apéro-rencontre avec les artistes du festival textes en l'air

Un croisement de trajectoires entre artistes et festivaliers pour un échange convivial autour d’un bol de chips… Un moment pour discuter des spectacles de la veille et de ceux à venir.

concert miam-miam

le casse-croûte musical – 13h30

grande cour – gratuit

DJ Séb nous propose une plongée dans l’électro-swing et la house music, histoire de se détendre les oreilles à l’ombre des tilleuls.

lecture

le fils de la vodka menthe – 14h30

gratuit

de et par éric durnez avec thierry lefèbvre

Depuis que j’écris, je me suis plusieurs fois laissé tenter par l’exercice de l’autobiographie. Ce n’est pas tant la question de savoir si raconter ma vie est en soi ou non un sujet intéressant qui m’y a poussé, mais plutôt ma difficulté à démêler les fils de ma mémoire, à distinguer le vrai du faux.  Ce texte a été écrit entre 1995 et 1999. Il s’agit donc à mes yeux d’un texte ancien, presque d’un texte datant “ d’une autre vie ” comme on dit…

Certes, nombre d’événements qui sont relatés dans ce roman bref sont exacts mais le regard que je porte sur eux et sur mon histoire familiale, plutôt désastreuse, a changé.

Néanmoins les réactions de ceux et celles qui l’ont lu ou entendu lire depuis sa parution me portent à croire qu’un texte écrit ne vous appartient plus…

Éric Durnez

lecture

les agricoles – 16h

gratuit

de et par catherine zambon avec l’amicale complicité de jean-yves berteloot (sous réserve)

Catherine Zambon a été accueillie en résidence d’écriture à Saint-Antoine-l’Abbaye en 2007.
Elle sera présente cet été pour le 10ème anniversaire du festival et nous lira ce texte théâtral issu d’une série de résidences en immersion à la campagne, en Margeride, en Cévennes et en Aubrac.

Le monde agricole a bien voulu m’ouvrir ses terres, ses étables, ses cuvages et autres lieux de travail et de vie. Trois mois d’immersion dans des exploitations pendant lesquels j’ai approché l’homme et l’animal. J’ai cheminé avec les uns et les autres. Ici, on a fini par me demander de traire, là de passer le balai. J’ai observé. On m’a observée. On a tous été conquis, bêtes et hommes. Les Agricoles raconte cette exceptionnelle immersion qui a fait de moi une autre. De l’émerveillement à la prise de conscience du vivant, Les Agricoles raconte ce parcours.

théâtre

celui qui ne sait plus parler, qu’il chante ! – 18h

théâtre du furand – durée 1h15 – tarif unique 12€

conception et direction : muriel vernet – scénographie : muriel vernet et aurélien villard – musique : peggy lagay – lumière : aurélien villard – son : gilles  daumas – vidéo : jean guillaud – avec stéphane auvray-nauroy, marie bonnet, sébastien depommier, lucie donet et anne rauturier.

Une création joyeuse. Un cabaret intempestif, un temps festif. Des mots, de la musique et des mots en musique…
D’après des textes, poèmes et chansons de Gabily, Duras, Prévert, Hugo, Py, Barbara, Ferré et bien d’autres…

 

une production de la cie des choses dites

Pour réserver ce spectacle en ligne, c’est ici !

amorce

spéciale dédicace – 18h30

librairie du festival – gratuit

Éric Durnez, auteur associé au festival textes en l’air en 2008, et Catherine Zambon, auteure associée au festival en 2007, viendront lire quelques extraits de leurs pièces.
L’occasion d’une rencontre, d’un échange et d’une séance de dédicace.

concert

10 ans de jazz à saint-antoine – 19h30

grande cour – gratuit

ce-soir-je-vous-le-chanterai

10 ans de festival textes en l’air, c’est aussi 10 ans de concerts jazz que Pascal Perrier nous propose de revisiter le temps d’une soirée à l’ombre des tilleuls du jardin du Palais abbatial.

théâtre

villa olga – 21h30

basse cour du musée – durée 1h15 – de 12 à 17€

texte : catherine zambon – mise en scène : alexandra tobelaim – production : cie tandaim – coproduction : lieux publics, théâtre de cavaillon, théâtres en dracénie – création costumes : joëlle grossi – création lumières : alexandre martre et jean-bastien nehr – musique : christophe perruchi – scénographie : olivier thomas.

Il s’agit d’une comédie contemporaine, où il est question d’un oligarque russe traqué, sanguin, crétin, jaloux…
D’un détective féru d’art plastique et troublé par les pulls marins…
D’une épouse innocente et empêtrée, poursuivie par un passé qu’elle veut rendre plus noir qu’il n’est…
D’une œuvre d’art en forme de tête de cochon, un rien décadent, néo-géotonique, techno-primal, qui se fera principal témoin de l’intrigue…
De coups de fil menaçants et de progéniture indigne…
D’amants qui sont des frères et d’hommes-grenouilles qui tombent amoureux…
De cabaret et de robes en lamé…
De travestissement en somme, car en fin de compte, personne ne sera en vérité ce que l’on croit qu’il est, et l’amour se déjouera des codes habituels.

Pour réserver ce spectacle en ligne, c’est ici !

Pour réserver le même spectacle mais au tarif réduit, c’est là !

et dimanche ? C’est par là…

Falls that makes outfitting "The Vampire Diaries" which enters its fourth season with an October 11 premiere a unique experience. For one, cheap Michael Kors handbags Leverett has michael kors outlet to make sure everyone on the show about cheap michael kors witches, vampires, werewolves oh, and "hybrid" vampire werewolves looks fabulous covered in blood, as characters are routinely stabbed, bitten and shot. Leverett is regularly tasked with finding six to eight of the same top or jacket to be worn during multiple cheap Michael Kors scenes and takes. With all the gore, borrowing clothes from designers is often out of the question. "We Michael Kors Handbags do a lot of mall shopping because that’s the best way for us to get a lot of multiples," she said. "Sometimes we need more than we can get in cheap Michael Kors handbags Atlanta," where the show is filmed. Fall TV fashion: Outfitting ‘Revenge’ But when episodes call for flashbacks, which might take place in the 15th century, a trip to the cheap Michael Kors handbags mall simply won’t do. "Even though they are more challenging than the contemporary clothes, I enjoy doing the
. Craig Irving, co chairman of the campaign for the measure, known as Proposition C, said he thinks the Padres have kept their promises to voters. "The project is going to be a tremendous success, probably more successful than anybody ever imagined," Irving said. "Horton michael kors outlet Plaza pales in comparison to the effect the ballpark has, and will have, on the rejuvenation in the East Village and all cheap michael kors of downtown." Cheap ticket unfinished, with no planned use, because of cost overruns. Promises pending Too early to tell The redevelopment project would create 17,000 jobs. It is unknown if or when that will be achieved. The team would build michael kors handbags outlet 60 Little Padres Parks around the city. So far, 21 have been built and others are planned. Padres would stay in San Diego for at least 25 years. Owner John Moores has said he has no intention of moving the team. They say the Padres have kept and even surpassed their most important commitments, which were to spend $115 million on the ballpark, to ensure an additional private
Articles Connexes: